visuel langues de l'ombre
Femmes et langues de l’ombre
On parle beaucoup des langues vivantes, des langues mortes ou de celles en danger, des langues écrites ou à tradition orale, des langues signées, et de celles qui, parmi les pidgins et les créoles, se sont stabilisées et sont dorénavant reconnues comme des langues officielles. Mais si l’on s’émancipait de la conception de la langue à contours bien définis, si l’on se penchait sur toutes ces autres langues qui n’ont pas de nom ou qui, au mieux, sont désignées par des termes péjoratifs, si l’on se penchait sur ces langues qui chaque jour naissent spontanément d’un besoin de communiquer et qui, souvent, se perdent sans laisser de trace, on apprendrait beaucoup sur ce qu’est une langue et sur les stratégies que nous, femmes et hommes, déployons au quotidien pour faire entendre notre voix, pour dominer, résister, nous mesurer les uns aux autres.